Quelques éléments d'histoire

En 1994, Le CAFGRAF voit le jour.  Les fondateurs ont une volonté de regrouper les personnes affectées de troubles émotifs ou de santé mentale dans le but de créer un groupe d'entraide.  Dans ce sens, ils répondent au mandat donné par la Régie Régionale de Laval, nouvellement implantée.  Cet organisme a pour mission de mettre sur pied des activités récréatives, sportives, sociales et socio-professionnelles.  Le but de cette mission est de rompre l'isolement et de favoriser l'épanouissement de la personne dans son quotidien et au sein de la communauté. 

Un des moyens utilisés pour rejoindre la clientèle est la création du journal "Le Schizograhe".  Ce journal se veut un médium d'information pour les membres et leurs proches.  Compte tenu de l'évolution sociale dans le domaine de la santé mentale, les membres fondateurs prennent conscience que le terme "Schizographe" n'est plus approprié.

 

Suite à une réflexion portant sur la mission de ce groupe d'entraide, la dénomination "CAFGRAF" semble être la plus représentative comme appellation.

 

CAF pour Centre Café-rencontre

GRAF pour l'édition du journal

 

Dès la fondation du CAFGRAF, le journal est renommé "Le Cafgraf, je m'ouvre au monde".

Au cours des années, le CAFGRAF connaît un essor important qui amène les administrateurs à ouvrir plusieurs points de services dans différents quartiers de Laval afin d'offrir des services à un plus grand bassin de population.  La flexibilité d'horaire permet aux membres d'avoir accès aux services tous les jours de la semaine, tant en après-midi qu'en soirée.  En 2001, voulant répondre aux besoins spécifiques de la clientèle 18-35 ans, le CAFGRAF met sur pied un point de services pour eux.

Aujourd'hui les points de services adultes et jeunes adultes sont réunis dans un même local qui permet à la fois de répondre aux besoins spécifiques de chaque personne et favorise la mixité à l'intérieur du groupe.